Glober.tv

Blogue

Copenhague, capitale des cyclistes

Publié le Mardi 10 décembre 2013
 
 

Considérant que la ville compte plus de vélos que d’habitants, et que près de la moitié de ceux-ci se déplacent à tous les jours sur les 400 kilomètres de pistes cyclables, il n’est, au final, pas étonnant de constater que le vélo à Copenhague, c’est plus qu’un hobby; c’est un mode de vie.

Véritable autoroutes à vélos, où les néophytes inexpérimentés sont priés de ne pas ralentir le peloton! On y retrouve à peu près tous les types de personnes, des messagers intrépides aux petites familles logées dans un grand bac de bois à l’avant du vélo, sans oublier les hommes d’affaire à la cravate au vent.

Beaucoup de touristes utilisent d’ailleurs les vélos pour non seulement se prendre pour un Danois l’espace de quelques jours, mais aussi pour se rendre d’une attraction à l’autre. Au-delà de Nyhavn et du Rundetårn, Copenhague est reconnue pour son architecture avant-gardiste et audacieuse, qui se mélange parfaitement aux édifices historiques grâce à une approche proactive en matière de développement urbain. On pense entre autres à la bibliothèque royale dit le « diamant noir », au théâtre royal et à l’opéra qui bordent le canal Havnebussen.

En somme, Copenhague, c’est une ville qui fait exploser les sens, que ce soit par ses nombreuses tables de qualité (il n’y a qu’à penser à Noma, maintes fois sacré meilleur au monde pour son menu organique et nordique), ses magnifiques bâtiments, le doux accent danois ou encore l’air indescriptiblement frais que l’on y respire. Épicuriens et hédonistes sauront certainement s’y plaire.

Voyez notre vidéo sur le même sujet : http://glober.tv/fr_CA/videos/culture/copenhague-capitale-des-cyclistes/450/

Blogueuse : Marie-Eve Vallières

Glober.tv

Facebook Twitter LinkedIn YouTube

Blogue: Copenhague, capitale des cyclistes

Considérant que la ville compte plus de vélos que d’habitants, et que près de la moitié de ceux-ci se déplacent à tous les jours sur les 400 kilomètres de pistes cyclables, il n’est, au final, pas étonnant de constater que le (...)